Présentation

Création

Le 20 octobre 2011, un fonds de formation sectoriel a été créé au sein de la CP100 sous la dénomination de « Fonds pour la formation des ouvriers de la Commission Paritaire auxiliaire pour ouvriers ».

Objectifs

  • DĂ©velopper des activitĂ©s de formation et d’emploi au profit de groupes Ă  risques..

Sont définis comme groupes à risque:

  • travailleurs dont les qualifications ne sont pas ou risquent de ne plus ĂŞtre adaptĂ©es aux exigences des nouvelles technologies, dont en particulier les personnes faiblement qualifiĂ©es;
  • demandeurs d’emploi en gĂ©nĂ©ral et demandeurs d’emploi âgĂ©s de moins de 30 ans en particulier;
  • travailleurs menacĂ©s par une restructuration, un licenciement collectif ou une fermeture d’entreprise.
  • Soutenir les entreprises qui procèdent aux recrutements de personnes appartenant Ă  des groupes Ă  risque.
  • Promouvoir, le financement, l’étude (recherche) et/ou l’organisation de tout type de formation, en vue de la formation, l’adaptation, la formation complĂ©mentaire, la spĂ©cialisation ou le recyclage des travailleurs ou des travailleurs potentiels.
  • Le Fonds peut prendre toutes les initiatives associĂ©es aux objectifs mentionnĂ©s ci-dessus et peut aussi coopĂ©rer de diverses manières avec des institutions ou des entreprises qui ont le mĂŞme objet ou un objet similaire.

Financement

Le fonds est financĂ© par une contribution trimestrielle des entreprises ressortissant Ă  la CP100 et elle est perçue par l’ONSS.

Les cotisations sont actuellement fixées comme suit:

  • contribution ONSS de 0,10 % de la facture de la masse salariale totale brute des ouvriers, employĂ©s dans les entreprises appartenant Ă  la CP100, Ă  percevoir dès le 2ème trimestre 2012 et jusqu’au 4ème trimestre 2017.

Gestion

Le Fonds est géré par un comité de gestion , composé paritairement de représentants des employeurs et de représentants des travailleurs.
Selon les statuts, le conseil d’administration est composé de six membres, trois délégués proposés par les organisations patronales et trois par les syndicats.